Forum révolutionnaire

forum sur la reconstitution historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 historique de la chouannerie

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jiem
adjudant sous officier
adjudant sous officier


Nombre de messages : 388
Age : 54
Localisation : Waterloo
Date d'inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 22:48

Vous voulez savoir quoi exactement ?

Je veux bien vous donner les infos, mais c'est vaste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur-baguette
général de brigade
général de brigade
avatar

Nombre de messages : 1883
Age : 37
Localisation : trazegnies belgique
Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 22:50

je trouve qu un peu de l historique vedéen et breton ne serait pas superfu qu ils expliquent ce qu etaient la chouannerie et pourquoi la pratiquaient ils ce serais pas mal a mon avis non?

_________________
plus tot resolu a crever que de ne pas tenir bon

pro victoriam semper
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier15.skyblog.com
chasseur versailles
sous lieutenant
sous lieutenant
avatar

Nombre de messages : 406
Age : 39
Localisation : Brêmes-les-Ardres, Pas-de-Calais 62
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 22:52

Déjà une question bête mais pour commencer :

Pourquoi les chouans ?

king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr/
jiem
adjudant sous officier
adjudant sous officier


Nombre de messages : 388
Age : 54
Localisation : Waterloo
Date d'inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:19

Le mot " chouannerie " vient du fait que les premiers insurgés chouans, la plupart rescapés des guerres vendéennes étaient conduite par Jean Cottereau et ses frêres
Jean Cottereau était surnommé Jean Chouan ... ce nom lui viendrait du surnom au départ de son père qui avait une vie plutôt nocturne .. ..comme les chouettes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jiem
adjudant sous officier
adjudant sous officier


Nombre de messages : 388
Age : 54
Localisation : Waterloo
Date d'inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:26

pourquoi pratiquaient t'ils la chouanerie ...ca c'est une longue histoire

Au dapart, les bretons n'avaient pas ragis lors de la révolution ni lors de l'exécution du Roi Louis
Ce fut par la suite les mesures vexatoires prises, entre autre, à l'encontre des curés de leur régions qui ont provoqués les premiers soulèvements paysans ... des curés de la république sont envoyés pour remplacer leurs curés de campagne
Ensuite, d'autres mesures ont été au fur et a mesure prises contre eux ...l'apotéhéose fut les levées de conscriptions sauvage car les armées de la république avaient un urgent besoin de 300.000 hommes

Boilà, c'est très résumé, mais sinon j'en aurais pour des pages et là, il est tard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur-baguette
général de brigade
général de brigade
avatar

Nombre de messages : 1883
Age : 37
Localisation : trazegnies belgique
Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:37

Jean Cottereau
Surnom : Jean Chouan, le Gars mentoux
Naissance : 30 octobre 1757
Saint-Berthevin
Mort au combat : 28 juillet 1794 (à l'âge de 36 ans)
Olivet
Nationalité : France
Allégeance : Armée catholique et royale
Service : 1792 - 1794
Conflits : Chouannerie
Guerre de Vendée
Faits d'armes : Affaire de la Brossinière
Virée de Galerne
Bataille d'Entrammes
Bataille de Fougères
Siège de Granville
Siège d'Angers
Bataille du Mans
Famille : Frères: François Cottereau, Pierre Cottereau, René Cottereau

_________________
plus tot resolu a crever que de ne pas tenir bon

pro victoriam semper
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier15.skyblog.com
Coupe Jarrets
caporal
caporal
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:43

Dès 1791, le rejet de la constitution civile du clergé amène les paysans des environs de Vannes à se soulever pour défendre l'évêque contre les patriotes de Lorient, qui veulent lui imposer le serment. Au printemps suivant, dans les environs de Quimper, un juge de paix soulève plusieurs paroisses contre les administrations locales et au nom du roi[2].

Article détaillé : Jean Chouan.
Durant l'été 1792, des incidents ont lieu dans les districts de Carhaix (Finistère), Lannion, Pontrieux (Côtes-d'Armor), Craon, Château-Gontier et Laval (Mayenne), où les paysans s'opposent à la levée de volontaires. À Saint-Ouen-des-Toits, dans le district de Laval, Jean Cottereau, dit Jean Chouan, ancien faux-saunier, prend la tête des insurgés. Son surnom vient de l'imitation du chat-huant (la chouette hulotte) par les faux-saunier pour se reconnaître[3]. Sa tête étant mise à prix, il tente en vain, en mars 1793, de gagner l’Angleterre. Il est reconnu par l'administration avec son frère comme le chef de la coalition.[4]

En mars 1793, des jeunes gens qui refusent le tirage au sort les rejoignent. Dès le 9 mars, des troubles éclatent en Mayenne, dans le Léon, le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Inférieure, la Vendée et le Maine-et-Loire. Entre les 11 et le 20 mars, les deux tiers de l'Ouest sont touchés[5]. L'Ouest est agité par de multiples jacqueries, dans lesquelles la paysannerie exprime de manière brutale sa colère à l'encontre des exigences de l'administration, des prêtres constitutionnels, considérés comme des intrus, la lourdeur des nouveaux impôts, la monnaie papier des assignats et la levée d'hommes, décrétée par la Convention nationale le 24 février 1793. Réprimées par la troupe, ces jacqueries forment une pré-chouannerie[6].

Il ne s'agit alors que d'une jacquerie. Des bandes de paysans s'attaquent aux patriotes de leurs paroisses, qu'elles désarment et volent, puis envahissent le chef-lieu du district pour délivrer les hypothétiques prisonniers et détruire les listes servant au tirage au sort. Parfois, la fête tourne au massacre, comme à Machecoul ou à La Roche-Bernard[7].

Au contraire de la Vendée, où les succès initiaux des insurgés permettent la constitution d'une zone rebelle, la "Vendée militaire" et d'une armée, ces révoltes sont réprimées par l'armée au nord de la Loire. Dès le 25 mars, des renforts affluent de Normandie et d'Île-de-France. Descendant le long de la Vilaine avec 500 hommes et 2 canons, le général Beysser dégage Redon. Plus au sud, 900 hommes sortis de Vannes reprennent Rochefort-en-Terre[8].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coupe Jarrets
caporal
caporal
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:44

Histoire [modifier]
Article détaillé : Virée de Galerne.
En octobre 1793, le passage de la Loire par l'armée vendéenne, connue sous le nom de "Virée de Galerne", ranime la révolte. Par centaines, les bandes rejoignent les Vendéens, qui marchent vers le nord[9]. Pour sa part, Jean Chouan rejoint l’armée des Vendéens à Laval[10] ; son intervention contribue à la victoire de cette armée à la bataille de Croix-Bataille. Il participe à la virée de Galerne jusqu’à la sanglante défaite du Mans, le 13 décembre 1793.[11]

En novembre et décembre, les administrateurs de Fougères et de Vitré emploient un mot inédit pour désigner les bandes d'insurgés dans leurs rapports : « chouan » ou « chuin », où il remplace peu à peu « brigand »[12].


Après l'échec devant Granville, ces paysans quittent l'armée royaliste et se cachent dans les forêts[13] ; Jean Chouan se replie dans sa forêt de Misedon[14].

Après les massacres du Mans et de Savenay, des Vendéens les rejoignent. Des nobles, déjà présents en mars 1793 ou rentrés, se mettent alors à la tête de ces bandes, ainsi le comte de Puisaye, ancien chef de l'armée fédéraliste de Normandie, réfugié dans la forêt de Pertre, après la défaite de Brécourt, près de Pacy-sur-Eure, en juillet, qui tente de s'imposer comme généralissime des rebelles[15].

Une nouvelle forme de révolte se développe, qui justifie le changement de vocabulaire. Après l'échec de la Virée de Galerne, les bandes d'insurgés, plus réduites qu'en mars 1793, mais mieux armées, ne dépassent guère les limites du canton ; elles frappent des patriotes isolés, de petits détachements militaires ou les voitures publiques, surtout la nuit, contraignant les patriotes, terrorisés, à quitter les campagnes, pour se réfugier en ville[16]. Au nord de la Loire, la Chouannerie prend surtout l'aspect d'une guérilla très dispersée qui peut tourner au brigandage.

Trois phases se distinguent.

Première phase [modifier]
Du printemps 1794 au printemps 1795, des bandes, commandées par des roturiers, souvent d'origine modeste, mènent un combat local, maintenant la terreur parmi la population grâce à des assassinats. En revanche, les villes échappent à leur emprise, et elles se montrent impuissantes, devant les bataillons fournis de l'armée. À partir de novembre 1794, la Convention mène une politique de clémence, favorable aux négociations. Tandis que Puisaye est à Londres, pour négocier un débarquement, Desoteux, dit Cormatin, son lieutenant, s'attribuant les pleins pouvoirs, négocie en avril 1795 le traité de paix de la Mabilais, suivi par une minorité de chefs locaux[17]. Il n'est signé que par 21 chefs chouans sur les 121 présents[18].


Deuxième phase [modifier]
Article détaillé : Débarquement des émigrés à Quiberon.
Le débarquement des émigrés à Quiberon, le 17 juin 1795, brise les espoirs de paix. La guérilla reprend après l'échec de l'expédition anglo-royaliste, de nouveau dans un cadre local. Cette dispersion permet aux généraux républicains Canclaux et Hoche de réduire les différentes zones de résistance. Scépeaux dépose les armes en avril 1796, suivi de Puisaye, puis de Cadoudal et de Guillemot. Cet échec permet aux royalistes modérés de faire prévaloir leur stratégie : la conquête du pouvoir par les élections[19].

Article détaillé : Bataille de Grand-Champ.

Troisième phase [modifier]
Le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) annule les résultats de l'élection dans 49 départements (notamment dans l'Ouest), et les prêtres réfractaires sont de nouveau poursuivis. La chouannerie reprend, s'étendant désormais à la Normandie, jusqu'en Eure-et-Loir, avant de s'enliser[20]. L'Ouest du pays est alors parcouru par des Faux chouans.

En 1799, les défaites militaires de la République, qui conduisent à de nouvelles levées d'hommes et au vote de la loi des otages, incitent les chefs chouans à relancer l'insurrection. Des bandes, encadrées par des nobles, se regroupent en divisions et occupent brièvement les villes de Nantes, Le Mans, Saint-Brieuc, Redon et La Roche-Bernard (ouvrant les prisons et détruisant parfois les papiers publics) avant de se retirer le lendemain, en octobre[21]. Ainsi, le comte de Bourmont s'empare du Mans, le 14 octobre.

Après le coup d'État du 18 brumaire, Bonaparte initie une politique de pacification mêlant, d'une part, la liberté religieuse et la suspension des levées d'hommes en échange de la soumission immédiate des insurgés, d'autre part, l'exécution des chefs récalcitrants[22]. Le 12 décembre 1799, le traité de Pouancé est scellé. Il sera suivi le 28 décembre suivant d'une proclamation des consuls de la République aux habitants de l'Ouest. Elle marque la fin de la grande Chouannerie.

Par la suite, le Concordat de 1801 et le retour des prêtres réfractaires permettent de détacher la population, lasse de la guerre, des royalistes jusqu'en 1815[23].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coupe Jarrets
caporal
caporal
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:45

Typologie des chouanneries [modifier]
Roger Dupuy[24] distingue 5 formes de chouannerie qui évolue dans le temps et dans l'espace.

On peut donc distinguer la pré-chouannerie, la micro-chouannerie, la chouannerie-guérilla classique, la chouannerie-militaire et la chouannerie-brigandage.

la pré-chouannerie concerne toutes les rebellions paysannes antérieures à janvier 1794. Elle culmine en mars 1793 et rappelle les jacqueries d'Ancien Régime.
la Micro-Chouannerie est celle de la chouannerie naissante, celle de Jean Chouan à Saint-Ouën-des-Toits. Des petits groupes clandestins attaquent par surprise des effectifs bleus toujours très réduits. On la trouve entre janvier et juillet 1794 principalement.
la chouannerie-guérilla classique : Les bandes grandissent, largement soutenue par la population qui les protègent, les ravitaillent, les renseignent. il s'agit de faire règner une terreur blanche dans les campagnes. C'est le type de chouannerie le plus célèbre, celle qui a fait le plus peur aux républicains. C'est par exemple les chouanneries de Cadoudal, de Boishardy et Aimé du Boisguy à partir de l'automne 1794. On peut parler de chouannerie-guérilla classique lors des deux premières phases de la chouannerie dans les régions les plus blanches (le Morbihan, la Loire-inférieure, l'Ille-et-Vilaine, la Mayenne et l'est des Côtes-du-Nord). Les chouans harcèlent les bleus (guérilla) mais n'ont pas les moyens de les affronter dans des batailles classiques. Les insurgés ne forment d'ailleurs pas une armée, les bandes, parfois soldées se rejoignent au gré des actions ponctuelles puis les paysans retournent dans leur ferme.
La chouannerie militaire est la forme la plus aboutie de chouannerie. les bandes forment de véritables armées (ponctuelles, parfois en uniformes qui attaquent de façon concertées dans des batailles classiques. c'est surtout le cas pendant la troisième chouannerie (1797/1799). On peut notamment citer l'"armée rouge" de Tinténiac et Cadoudal marchant de Quiberon vers les Côtes-du-Nord. c'est aussi le cas lors des attaques concertées de plusieurs grandes villes de l'ouest en 1799.
La chouannerie-brigandage est la chouannerie mourante, celle qui subsiste sous le consulat après les concessions de Bonaparte (concordat et amnistie). Quelques irréductibles, trop habitués à la clandestinité, à la vie d'aventure ne peuvent se ranger. Quelques chefs, partisans de l'Ancien Régime ne se satisfont pas des concessions, ils forment les dernières bandes très réduites. Ils n'ont plus le soutien de la population, satisfaite des concessions. Ils sont aussi si peu nombreux qu'ils doivent se montrer terribles pour éviter les dénonciations. Ils s'en prennent aux soldats de plus en plus rarement mais rançonnent les patriotes, les acquéreurs de biens nationaux et les chouans rendus considérés comme des traitres (c'est le cas du chef chouan Legris Duval dans les Côtes-du-Nord). Devant le déficit de soutien de la population, ils sont contraints de voler ce qui leur était auparavant offert, c'est pourquoi il est bien souvent difficile de distinguer ce qui relève de la chouannerie ou du brigandage. Ce type de chouannerie se retrouve aussi dans les régions qui paradoxalement étaient peu touchées lors des grandes heures de la chouannerie (l'ouest des Côtes-du-Nord, le Finistère). On le comprend car ces zones peu touchées précédemment sont aussi celles qui n'ont pas connu de répression. La chouannerie-brigandage peut être très efficace au point que des chefs lieux d'arrondissement comme Loudéac peuvent se sentir menacés par Dujardin encore en 1801. cette chouannerie-brigandage s'éteint, vaincue par les colonnes mobiles entre 1801 et 1807.
Les chefs chouans [modifier]
Les principaux chefs de l'insurrection ont été Georges Cadoudal et son frère Julien, Jean Cottereau, dit Jean Chouan, Pierre Guillemot, dit le roi de Bignan, Joseph de Puisaye, Louis-Charles de Sol de Grisolles, Auguste et Sébastien de La Haye de Silz, Jean-Louis Treton, dit Jambe d'Argent, Tristan-Lhermitte, Taillefer, Coquereau, Aimé du Boisguy, Boishardy, Pierre-Mathurin Mercier la Vendée, Bonfils de Saint Loup.

En Bretagne, les chouans sont encadrés par des nobles (le chevalier de Boishardy, le comte Louis de Rosmorduc, les frères Picquet de Boisguy) autant que par des roturiers (les frères Cadoudal). En Basse-Normandie, le comte Louis de Frotté joue un rôle dominant, l'un de ces lieutenants dans le Bas-Maine étant Guillaume Le Métayer dit Rochambeau.

La noblesse est loin de jouer le rôle qu'elle exerce en Vendée pour le commandement militaire. Il n'y a d'ailleurs pas d'armée, mais de petites bandes presque insaisissables. Les chefs chouans sont surtout des paysans.

À la différence de la Vendée, la chouannerie ne disposait pas d'un territoire, les villes et certains villages étant restés républicains, tandis que certains cantons passaient à une révolte larvée ou ouverte. Il y eut cependant une "petite Vendée" dans le Bas Maine en 1793, contrôlée par le prince de Talmont. La chouannerie fut très difficile à réduire, ses effectifs n'ayant pas été décimés dans de grandes batailles comme ceux de la Vendée militaire, ses chefs étant nombreux, ses groupes armés faibles et dispersés.


Causes [modifier]
En 1791, l'Ouest, avec la Vendée et la Bretagne, constitue une zone de résistance à la constitution civile du clergé et au serment, avec un clergé très largement réfractaire. Plus que par des motivations religieuses, cette résistance trouve son origine dans la sociologie et les mentalités collectives des populations, dont les solidarités traditionnelles sont mises à mal par la Révolution[25].

L'insurrection du printemps 1793, dans l'ensemble de l'Ouest (en Bretagne comme en Vendée), s'explique, de son côté, par le rejet du tirage par les populations, d'autant plus que les notables patriotes en sont exonérés ou peuvent acheter un remplaçant. Ce rejet, on le retrouve dans l'ensemble du pays[26].

Au-delà de la question religieuse et de l'hostilité des levées militaires, les bouleversements et les remises en causes imposés aux communautés villageoises expliquent ces tensions, autant que les rapports entre les paysans et les élites, nobiliaire et bourgeoise, ou l'opposition plus ou moins grande, mais déjà ancienne à la fin du XVIIIe siècle, entre villes et campagnes. Déjà décelable au temps de la Ligue, la découpe entre les zones favorables aux Blancs (royalistes) et aux Bleus (républicains) reste encore d'actualité dans la carte électorale jusqu'à la fin du XXe siècle. Il faut également ajouter en Bretagne les bouleversements institutionnels, abolissant les privilèges provinciaux ; la devise des chouans en Bretagne est "Doue ha mem bro" (Dieu et mon pays) et non pas "Dieu et mon roy" comme chez les vendéens.[réf. nécessaire]

Devant la simultanéité des soulèvements et la similitude des comportements dans l'Ouest, les contemporains ont cru y voir la preuve d'un complot, qu'il rapprochaient de la tentative du marquis de la Rouërie avec l'Association bretonne. Toutefois, ce synchronisme peut s'expliquer par la décision de la Convention d'imposer un calendrier précipité des opérations de levée d'hommes[27].

source wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrateur-baguette
général de brigade
général de brigade
avatar

Nombre de messages : 1883
Age : 37
Localisation : trazegnies belgique
Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Jeu 20 Sep - 23:46

ah voila qui est meiu merci a Jiem et Coupe jarrets

_________________
plus tot resolu a crever que de ne pas tenir bon

pro victoriam semper
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier15.skyblog.com
eugene
sergent major
sergent major
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 36
Localisation : Farbland entre une glacière et un camping car
Date d'inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 0:00

Oui merci beaucoup! cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 11:15

j'aime quand un forum prend cette tournure ...! ! merci "jiem" merci

" coupe jarret " ... amitié
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 11:22

par la suite ..beaucoup ,devinrent des bandes de brigants ,que toutes

formations militaires , génaient dans leur bois ,et, leur petit commerce .!

et, ils se servaient de la chouannerie ,pour , protéger ce petit commerce

de contrebande ... ( chouans et faux chouans ) .. ? ? ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 11:43

les chouans ont existé ,jusqu'en 1821 date d'extinction .. enfin faut voir ?

( certains disent ..qu'ils ont disparus ,aprés la bataille de "cholet "

ou ils ont pris une pilule ...malgrés une trés bonne cavalerie ..!

car..! face à une armée en ligne ..eux n'étaient pas expérimentés

à ce genre de combat ..! ! ! )...

mais ils combattaient encore les armées du roy bien aprés 1815...!

.. si vous passez par "cholet " un jour ..faite un tour par "la chabotterie"

et, le champ de bataille qui un peu oublié devient un terrain de jeu pour

4/4 ! ! ....du haut du terre plein il y a un beau panorama ...!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 12:03

" LA CHABOTTERIE " grand lieu de la chouannerie ..c'est dans les bois allentour ..que le "général charette " fut arrété en 1796..!!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 12:22

*plaque panoramique de la "bataille de cholet 17 octobre 1793"

Kléber écrira plus tard :
"les rebelles combattaient comme des tigres et nos soldats comme des lions"

*les derniers moulins vendéens "ils servaient à passer les messages "
l'empereur les fera détruire l'un aprés l'autre ...! ! !


Revenir en haut Aller en bas
Pied Rouge
sous lieutenant
sous lieutenant
avatar

Nombre de messages : 511
Age : 58
Localisation : Vic sur Aisne (02) France
Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 18:40

Salut vous tous et merci pour les informations que je viens de survoler (Jiem et Coupe Jarrets) il faut que l'on parle aussi suite a une question sur le bivouac que La Bouteille m'a posé a ce sujet. Je pense aussi que vous devez avoir des information sur plusieurs sujets et que personnes ne parle....

Je suis sur que nos amis vont y répondre si le sujet leurs est connu car quand on lis des ouvrages sur la révolution Française et tout les autres sur les batailles de notre patron et les frasques de certain hommes sous le régimes de la terreur on est sur de ne pas passer devant une page de l'histoire que ce soit sur nous les blus ou sur la Chouanerie et les Vendéens:

Savez vous que notre patron à Toulon a faillit passer sur l'echafaux pour avoir refusé de prendre le commandement de l'armée de l'ouest (après le succes de Toulon) car il disait si je me souviens bien d'un texte, que pour lui les Vendéens était de fameux combattants il aurait même refusé par deux fois cette mission heureusement que Cambacéres était un de ses amis à l'école d'artillerie ou ils se sont connu (dite moi bien sur si je me trompe)....

Sur le livre "les Paysans sous la révolution" il détaille parfaitement les trois sortes de Chouans...Il y avait les Vendéens qui sont monté vers les contrées de Normandie....Les Chouans qui eux restaient dans leurs régions et ne sortaient guère de la Bretagne....Et les faux Chouans crée par les sbires de Carrier (la terreur Nantaise) ami très proche de Robespierre qui étant missionné à Nantes avait crée ses groupes qui violait, brulait, fusillait, noyait ou égorgeait sans compter les femmes enfants et vieillards ainsi que des prêtres réfractaires et de surcois il laissait à certain la vie sauve pour qu'il puisse raconter qui avaient fait ses délits....non seulement ils tuaient des royaliste mais de plus ils tuaient des familles qui étaient pour le régime en place...

Donc si je me trompe après ses livres que j'ai eu locasion de lire grâce à la bibliothèque de mon village je m'en excuse par avance.....si j'ai oublié quelques choses.

Pied Rouge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1789-1815.forumactif.com/
eugene
sergent major
sergent major
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 36
Localisation : Farbland entre une glacière et un camping car
Date d'inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Ven 21 Sep - 20:07

effacé


Dernière édition par le Lun 24 Sep - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
sergent
sergent
avatar

Nombre de messages : 87
Age : 58
Localisation : Vic sur Aisne
Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Sam 22 Sep - 0:36

affraid What a Face Je crois cher Eugene qu'il parle de votre petit Caporal......MDR.
Il va faloir réviser ta lecon mon cher Eugen mais que veux tu on
ne connais pas tout vu ton jeune age...lol.

Bonne nuit et garde une oreille à l'écoute pour entendre ma chariotte grincer.... affraid pale

Je l'ai dit je n'interviens seulement très modérément..


Cordialement L'Ankou pour te servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eugene
sergent major
sergent major
avatar

Nombre de messages : 199
Age : 36
Localisation : Farbland entre une glacière et un camping car
Date d'inscription : 14/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Sam 22 Sep - 0:54

effacé, merci La Giberne


Dernière édition par le Lun 24 Sep - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck le chouan
caporal
caporal
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 64
Localisation : 93100 - montreuil
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: hey!!!! les " chouans" !!!   Lun 19 Jan - 15:33

Alors !!!??
personne ne va se receuillir et faire dire une messe pour notre bon Roi LOUIS le seizième ?????????? J'espère que OUI !!!!!!!!!!!!!!!! queen queen king [i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescoeursdechouans.free.fr
brigadier12rch
soldat
soldat


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Sam 24 Jan - 13:00

Je trouve que dans ce post, on mélange allègrement les chouans et ceux que l'on appelait les "vendéens" qui ont composé la Grande Armée Catholique et Royale.
La chouannerie régionalement se situe en Bretagne et en Normandie et se distingue par un combat de guérilla.
La Chabotterie en cela n'est pas une haut lieu de la "chouannerie".
Charette ne se classant pas parmi les "chouans". Il est d'ailleurs resté fort indépendant de la Grande Armée catholique et royale. L'histoire lui impute quelques échecs dont la prise de Nantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck le chouan
caporal
caporal
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 64
Localisation : 93100 - montreuil
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Sam 24 Jan - 21:19

OUI, bien sûr !
mais je ne vais pas entrer dans une conversation stérile pour rien , il y a trop à dire et je ne maitrise pas bien l'ordinateur , je n'écris pas vite !!!
NOUS connaissons également très bien ce pan d'histoire et nous savons ce que nous faisons !! La reconstitution n'est pas pour nous un moyen de divertissement mais un cours d'histoire " oubliée" de nos manuels d'histoire !! Notre "mission" est de rafraichir le cerveau anhestèsié des français !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescoeursdechouans.free.fr
la Bouteille
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 987
Age : 48
Localisation : Anvers
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Dim 25 Jan - 14:00

La division règne parmi les blancs???! (njek njek njek) Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franck le chouan
caporal
caporal
avatar

Nombre de messages : 58
Age : 64
Localisation : 93100 - montreuil
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   Dim 25 Jan - 15:23

Encore un bleu qui n'a rien compris ( comme dab !!)
Mais non , il n'y a pas de division parmi les blancs ( les vrais!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescoeursdechouans.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: historique de la chouannerie   

Revenir en haut Aller en bas
 
historique de la chouannerie
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» n°2 en 1966 de la Revue Historique des Armées
» Infanterie de ligne - Régiment n° 24 - avec historique
» [AIDE] Désactiver l'historique des appels (pop-up après appel)
» Livre historique sur la bataille des Ardennes
» (Coll) Historique,Aventure et Mystère( Dupuis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum révolutionnaire :: Espace Chouannerie-
Sauter vers: